Les conseils

Conseils de gynécologie et de

Nos docteurs répondent à vos questions

Nos docteurs répondent à vos questions Une question à propos de votre santé ? Un doute par rapport à votre corps ? Un problème qui vous préoccupe ? Nos docteurs répondent à vos interrogations et vous apportent des réponses et des conseils. Pour faciliter la navigation, les sujets sont regroupés en fonction de votre tranche d’âge.

santé de la femme

du docteur.

18-26 ans

Globalement, il existe deux types de méthodes contraceptives : les méthodes par « barrière », comme le préservatif ou le stérilet, et les méthodes hormonales, comme la pilule. Avant de faire votre choix, il est préférable d’en discuter avec votre gynécologue.

Voici les principales méthodes :

Préservatif : l’avantage du préservatif (masculin ou féminin), c’est qu’il vous protège en même temps du virus du sida et de la plupart des autres maladies sexuellement transmissibles.

Stérilet (DIU ®) : jadis, ce dispositif intra-utérin était uniquement réservé aux femmes ayant déjà eu des enfants, par peur d’infection ou de difficultés de pose. Récemment, de mini stérilets ont été mis sur le marché avec beaucoup de succès et sans augmentation du taux d’infection. Deux types de stérilets – en cuivre et aux hormones (Mirena ®, Jaydess ®, Kyleena ®) – sont généralement utilisés, avec une préférence pour le stérilet hormonal, en cas de risques de caillots sanguins.

Cette méthode contraceptive est fiable. De plus, vous n’avez pas à vous rappeler quotidiennement de prendre la pilule : en effet, la validité d’un stérilet varie de 3 à 10 ans, selon le modèle.

Pilule : il existe plusieurs générations de pilules, qui diffèrent toutes par leur composition hormonale. Il est important de consulter votre gynécologue pour trouver la pilule qui vous convient le mieux.

Patch (EVRA ®) : le patch, à coller vous-même sur la peau, contient deux types d’hormones: œstroprogestatives et progestatives. Il doit être changé chaque semaine durant 3 semaines, la quatrième semaine étant celle des règles.

Implant dans le bras : un bâtonnet cylindrique de 4 cm de long et de 2 mm de large est inséré dans votre bras, sous anesthésie locale. La pose dure quelques minutes à peine et sa validité est de 3 ans. Cette méthode, qui libère uniquement de la progestérone, peut être utilisée en cas de risques de caillots sanguins.

Injection de dépôt : de la progestérone est injectée par voie intra musculaire toutes les 10 semaines. Cette méthode est souvent prescrite en cas d’oubli fréquent de la pilule. Elle peut cependant exacerber les problèmes de peau, tels que l’acné.

Anneau vaginal NuvaRing ® : vous insérez vous-même cet anneau souple dans votre vagin. Celui-ci assure une contraception oestro-progéstative pendant 3 semaines. La quatrième semaine, durant la phase de menstruation, l’anneau est retiré.

Il existe d’autres moyens de contraception, tels que le diaphragme et le gel spermicide, mais ces derniers sont moins efficaces et plus compliqués d’utilisation.

La fiabilité d’une contraception se mesure par l’indice de Pearl. D’après cet indice, les méthodes contraceptives réversibles les plus efficaces sont le stérilet et l’implant.

La pilule est également un moyen efficace pour autant que vous pensiez à la prendre au bon moment et qu’un préservatif soit utilisé en cas de prise concomitante d’un antibiotique.

Le premier réflexe est de consulter la notice du fabricant, qui se trouve dans la boîte de la pilule. En effet, l’attitude à adopter dépend du type de pilule, du nombre d’heures écoulées depuis votre oubli (en général, on distingue moins de 12h ou plus de 12h) et de la date de votre dernière relation sexuelle.

En cas de doute, n’hésitez pas à vous adresser à votre gynécologue.

Il est malheureusement impossible de vous répondre de manière péremptoire sans consultation.

Chlamydia, gonorrhée, herpès génital, condylomes, papillome, Sida: il existe différents types de maladies sexuellement transmissibles, qui se manifestent par des signes variés et souvent très discrets.

En fait, on dénombre plus d’une trentaine de bactéries, virus et parasites qui se transmettent par voie sexuelle.

En cas d’écoulement vaginal abondant de type liquide, accompagné de douleurs pelviennes, par exemple, on recherchera la chlamydia. Cette maladie s’attrape lors des rapports sexuels avec un partenaire infecté. Il est particulièrement important de la détecter assez tôt pour des questions de fertilité.

Les douleurs au moment des règles (dysménorrhées) sont fréquentes et n’indiquent rien de grave. Elles peuvent être atténuées par la prise d’un anti-inflammatoire, du type Ibuprofène ® ou Mefenacide ®. L’introduction d’une pilule contraceptive permet aussi très souvent de pallier aux problèmes.

Si vos douleurs sont tellement fortes qu’elles empêchent ou perturbent sérieusement les activités quotidiennes, il y a lieu de demander une consultation gynécologique et de solliciter un ultrason pelvien.

Le site internet:Votre SantéLe site internet:A proposLe site internet:Votre bien etre